Moonday - Cinema & audiovisual stories

Le FIFF PRO offre un terreau favorable à la collaboration pour tou·te·s les professionnel·le·s du secteur: rencontre avec David Borgeaud

22 sept. 2021 18:02:41 / by Julie Sacré

David Borgeaud, producteur chez Roue Libre Production est également responsable du volet professionnel du Festival International du Film Francophone depuis 4 années. Entre la préparation du festival et la sortie de Fils de Plouc d’Harpo et Lenny Guit qu’il produit, il a trouvé le temps de rencontrer Moonday pour nous parler du programme du FIFF PRO.

 

Vignette Theo Fabrice

 

Vous organisez le mardi 5 octobre la journée du cinéma belge. Comment se passe cette journée concrètement?

C’est une journée qu’on organise depuis maintenant 15 ans. L’idée est de promouvoir le cinéma belge auprès des diffuseurs de toutes échelles, à savoir les programmateurs de festivals, les vendeurs internationaux, les distributeurs nationaux et internationaux, les exploitants de salle, les responsables de centre culturels et les professionnels issus des réseaux éducatifs, comme Point Culture par exemple. 

Cette journée comprend deux séances-phare (une documentaire et l’autre fiction) durant lesquelles nous présentons des films. La séance documentaire présente cette année 6 documentaires sélectionnés par le festival, dont un en compétition. Après les extraits, on a donc le temps de discuter et de débattre avec les réalisateurs qui viennent présenter leur film. C’est toujours un chouette moment car la salle est vivante et prend plaisir aux questions/réponses. La séance est présentée par Javier Packer-Comyn du Centre de l’Audiovisuel à Bruxelles et est organisée en collaboration avec la SCAM.

La deuxième séance, pour la fiction, est plus rapide car on présente entre 10 et 15 films. On fait un appel à films ciblés en fonction des sorties en salles des prochains mois. Les réalisateurs, producteurs et distributeurs viennent présenter leurs films pendant cette journée, suivant la même idée. On présente seulement les bande-annonce contrairement à la séance documentaire où on présente des extraits. C’est plus dynamique, mais on a moins le temps d’approfondir.

 

Vignette bleue FIFF

 

Après les séances, il y a L’Apéro du Long qui permet aux producteurs qui ont des projets en phase de production ou post-production de présenter leurs films à des programmateurs de festival, distributeurs et des vendeurs internationaux dans l’objectif de trouver, pourquoi pas, une première mondiale pour leur projet. Ça se fait de manière plus informelle, en speed-meeting, autour d’un verre.

Enfin, il y a la Non-Assemblée Générale des Magritte, une séance d’informations pour les professionnels sur les nouveautés annuelles des Magritte, ce qui se passera (ou ce qui ne se passera pas) au Magritte cette année.

 

Pour les professionnels qui nous lisent, est-ce qu’il est encore possible de s’inscrire pour l’une ou l’autre de ces activités? Comment ça fonctionne?

Les inscriptions se font par mail à fiffpro@fiff.be. Pour être tenu au courant des activités du FIFF PRO, les professionnels peuvent également s'inscrire à la newsletter qui leur est dédiée.

 

Vignette jaune

 

Est-il possible d’assister à la journée du cinéma belge en streaming?

Oui, les deux séances, documentaires et fictions, seront diffusées en streaming, ainsi que la Non-AG des Magritte. On a initié ça l’année dernière avec la pandémie et on l'a reconduit cette année car on se rend bien compte que c’est une facilité pour les internationaux. Mais bien sûr, on préfère accueillir les gens en salle! D’abord pour voir les extraits et bande annonce sur grand écran, puis parce que ça rend le débat beaucoup plus intéressant.

 

Vous organisez également des ateliers plutôt dédiés à la “jeune génération” et aux projets en développement. 

Il y a Génération Talents qui fête sa 11ème édition cette année. C’est un atelier à destination des jeunes comédiens qui rencontrent des directeurs de casting et des agents. Plusieurs comédiens ont rencontré leur agent ou se sont rappelés à la bonne mémoire d’un directeur de casting dans le cadre de cet atelier et les ont convaincus. 

On organise également une journée de tournage où de jeunes réalisateurs issus de la compétition courts-métrages, mettent en scène les comédien.ne.s qui participent à Génération Talents. Ils ont 45 minutes de travail en commun pendant lesquelles on espère créer des synergies entre eux, puis 45 minutes sur un plateau de tournage pour réaliser deux scènes écrites spécialement pour l’occasion par des scénaristes de l’ASA. On est très contents de cette nouvelle collaboration qui inclut les scénaristes à l’atelier. Les années précédentes, on reprenait des scènes de films préexistantes. Cet atelier se concrétise sous forme d’un cadavre exquis qui dure entre 10 et 12 minutes et qui est projeté à la fin de la journée du cinéma belge avant le film du gala de la Fédération Wallonie-Bruxelles et de la RTBF.

 

Après le festival, le FIFF PRO offre d’autres tremplins à la jeune génération, et particulièrement aux réalisateurs sélectionnés à la compétition courts métrages.


En effet,le FIFF PRO c’est toute l’année grâce à L’Atelier de la caravane (anciennement La Manufacture) qui aura lieu au mois de mars, pendant la Caravane du Court. L’idée est que des réalisateurs sélectionnés en compétition court métrage puissent présenter leur court dans le cadre de la caravane partout en Wallonie, mais également participer à un workshop encadré par des professionnels mettant en place des interventions, des groupes de travail, etc. Le but du workshop est d’accélérer le passage du court au long métrage car cette étape est souvent très longue.

 

Vignette rouge FIFF

 

Quel est l'événement à ne pas manquer cette année au festival?

On propose une leçon de scénario avec le président de notre jury long-métrage, le réalisateur, scénariste et médecin Thomas Lilti. Il a entre autres réalisé Hippocrate, Première année ou Médecin de campagne. Au vu de son parcours, ce sera très intéressant de voir comment il arrive à transposer le milieu médical d’abord à l’écrit, puis à l’écran.

Une nouveauté qui surprendra les habitués cette année?

Le covid-safe ticket? (Rires)

Plus sérieusement, le Forum fait son grand retour cette année! Ce n’est pas vraiment une nouveauté mais c’est important de le souligner car au niveau international et long-métrage c’est quand même l’atelier phare de Namur. 

Le Forum se concentre sur le développement des projets et rassemble le producteur et le réalisateur d’un film pendant 4 jours à Namur dans l’intimité et la bienveillance d’un petit groupe. C’est un workshop non compétitif, ce qui est assez rare en festival où beaucoup d’ateliers offrent des prix et instaurent donc un esprit de compétition. Les gens ne sont alors pas mis en relation les uns avec les autres, mais défendent leur projet face et contre un public d’experts... Nous sommes plus dans un travail collaboratif entre des personnes qui ont le temps de se rencontrer, de s’apprivoiser, de se faire confiance et d’échanger. Les rendez-vous avec les experts, par exemple, durent 1h30. Ce ne sont pas des speed-meetings de 15 minutes comme on a trop l’habitude d’en voir. Il y a vraiment une volonté de travailler en profondeur et de favoriser les échanges avec les experts, mais aussi entre les participants eux-mêmes. 

Il y a 5 projets cette année, représentatifs de l’ensemble de la francophonie:

- Zaïria de Machérie Ekwa
- Purgatoire de Ufuk Emiroglu
- Sunshine de Chloé Léonil
- Hiver à Sokcho de Koya Kamura
- Carcajou de Nicolas Krief

Les 4 experts sont également issus de différents pays francophones.

 

Vignette Forum

 

Avez-vous des exemples de films passés du Forum au grand écran?

Il me semble que le dernier en date était La miséricorde de la jungle, de Joël Karekezi, co-produit par le Rwanda, la Belgique et la France. On a aussi eu Une Part d’Ombre de Samuel Tilman, Baden Baden de Rachel Lang et beaucoup d’autres! On a analysé 120 projets depuis le début du Forum et plus ou moins la moitié d‘entre eux sont sortis en salle.

 

Tags: cinema industry, FIFF, festival

Written by Julie Sacré